Il y avait du soleil le premier avril à Dahouet, et vous étiez tous là pour nous encourager....

Le soleil  brillait aussi sur La Corogne quand nous sommes arrivés, et nous avons retrouvé les Fay qui nous précédaient de deux jours.

Ilnous aura fallu attendre deux semaines à l'Aber Wrach que le vent tourne au nord, pour larguer les amarres et faire le grand saut. Trois jours, trois nuits, avant l'Espagne.

Le rythme des quarts se met en place avec Adrien, rencontré grâce à Camille a l'asso du père Jaouen.

Apres  avoir passe le Four au moteur, le vent nous a poussé en mer d'Iroise. Nous avons laissé Ar M'en a bâbord et tourné le dos a la terre.

Nous n'avons croisé quelques bateaux la première nuit, et ensuite, plus rien que la grande mer tout autour, seuls quelques dauphins sont venus jouer avec nous,

Le vent nous a fait défaut la dernière nuit et nous sommes arrivés au moteur, au petit matin, sous le soleil exactement, en vue des cotes de Galice, heureux de retrouver la terre ferme, de prendre une bonne douche, de dormir dans un lit qui ne bouge pas.

Cette  première expérience de traversée s'est très bien passée: la meteo était clémente et la mère Theo inquiète, notre équipier agréable et efficace, et nous n'avons eu qu'un petit souci technique au départ, il en faut toujours un!

Mais c'est quand même éprouvant physiquement: il faut s'habituer aux bruits et mouvement incessants du bateau. Les deux premières nuits nous n'avons quasiment pas dormi. heureusement l'avitaillement était bien fait, nous avons dégusté en mer de bons petits plas cuisinés d'avance: saute de porc à l'aigre douce, rougail saucisse, Chili con carne.....sans parler des tartines confectionnées avec toutes les douceurs qu'on nous a offertes. 

Nous découvrons maintenant La Corogne,

c'est une grande ville construite sur une presqu'île battue par les vagues de l Atlantique.

Nous arpentons les quartiers anciens du centre ville et découvrons les petites places dallés, les belle églises romanes, les petits bars et le marchè, et nous débouchons parfois sur un panorama ou une belle plage.

c'est vraiment une ville agréable et les gens sont sympa. Il y a pas mal de choses à voir, nous y séjournerons donc quelques jours avant de poursuivre, par sauts de puce notre progression vers le sud.

attentifs toujours à la meteo et fidèle à notre devise : haere maru, Harare papu...

cherchez la signification en tahitien, Lola a trouvé la sienne: allez mamie,  allez papi.